POURQUOI LA CONSTANCE ?

 POUR LE LOGEMENT ET L’EMPLOI D’ABORD !

 

Une ville qui ne se développe plus est une ville qui meurt. Bien au contraire, Aix-en-Provence est une ville qui vit, qui bouge, qui prospère et qui attire. Tout en sachant préserver sa qualité de vie, Aix a connu au fil des dernières décennies un accroissement significatif de sa population. 70 000 habitants dans les années cinquante, près de 150 000 aujourd’hui. Les forts besoins en logements de tous types existants sur la ville d’Aix (800/an en moyenne) et son agglomération ne peuvent être aujourd’hui être satisfaits par la densification urbaine et de petits programmes immobiliers menés en fonction des opportunités foncières. Le compte n’y est plus, malgré les opérations menées à La Duranne, à La Beauvalle ou à La Guiramande.

Une nécessité

Les municipalités successives ont su depuis cinquante ans anticiper les besoins et offrir de nouveaux horizons urbains sans compromettre la logique du développement spatial de la ville. De fait, Aix grandit par l’ouest. Elle n’a pas d’autre choix, du fait de la proximité des sites boisés et classés de Sainte-Victoire, du Montaiguet et du plateau de Puyricard. Dans cette logique, indépendamment de l’opération de La Duranne, la Ville a identifié, au cours des années 90, un secteur enclavé entre plusieurs quartiers récents de l’agglomération (Jas de Bouffan, Encagnane, La Pioline/Les Milles, La Beauvalle) et offrant du fait de son état de déprise agricole et d’abandon, ainsi que du petit nombre des emprises foncières, des possibilités importantes et cohérentes d’urbanisation. Ce quartier, c’est La Constance. Regarder une carte de l’urbanisation aixoise, c’est comprendre immédiatement l’intérêt stratégique de ce secteur, trait d’union entre les nouveaux quartiers ouest et sud-ouest de la ville, zone non aménagée à proximité immédiate du centre-ville et des zones d’activités et d’emploi, secteur susceptible de bénéficier des nombreux équipements publics existant à proximité et d’en renforcer l’offre.

  

Une référence

Au cours des années 2000, la Ville a poursuivi les études préalables et a affiné sa volonté de voir naître ici un quartier exemplaire sur le plan de l’environnement ( déplacements en modes doux, transports en commun,…), optimisant la consommation de l’espace et recherchant un parti pris d’urbanisme économe en énergie, et associant valorisation du patrimoine cézannien, mais aussi expérimentation de la « ville intelligente » de demain, connectée et interactive.

Une urgence

L’avenir et le rayonnement futur du Pays d’Aix se préparent aujourd’hui. Afin d’anticiper sur les besoins des toutes prochaines années, le futur quartier de La Constance apporte d’abord la réponse nécessaire des deux prochaines décennies à la demande de logements du point de vue quantitatif, tout en assurant la mixité sociale et en apportant des solutions pour le logement étudiant. Il devra aussi permettre à la Ville de se doter de nouveaux équipements publics indispensables, et de créer des espaces d’activités pour accompagner des filières technologiques d’avenir et offrir des opportunités nouvelles face au déficit d’emplois connu par les quartiers Ouest.

ATOUTS ET ENJEUX

  • Un secteur enchâssé dans le tissu urbain.
  • Un secteur réservé et bordé par ses frontières naturelles et par de grandes infrastructures routières et ferroviaires, (vallon de la Thumine à l’Ouest, autoroutes et voies ferrées au Nord, à l’Est et au Sud) et disposant d’un réseau viaire très peu développé. (uniquement 2 chemins le traversent, aux extrémités Est et Ouest, sans liaison entre eux.)
  • Un secteur qui bénéficie de la proximité d’un très grand nombre d’équipements publics et privés.
  • Un secteur qui bénéficie de la proximité des infrastructures de transports en commun
  • Un secteur qui bénéficie de la proximité d’importants équipement publics d’infrastructures (réseaux d’eau, d’assainissement, d’électricité, chaufferie urbaine biomasse…) dimensionnés pour répondre aux besoins d’une opération d’aménagement de ce type.