L’ENJEU DE L’EMPLOI

Voyage Privé, un leader du e-tourisme vecteur d’emploi

Installée sur le marché français et à l’étranger, Voyage Privé est devenu en peu de temps un poids lourd du e-tourisme. Créée en 2005 à Aix-en-Provence, l’entreprise a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 400 millions d’euros et emploie désormais plus de 200 personnes sur son site aixois. Elle est présente en Espagne, Italie, Angleterre, Pologne et Brésil. « L’objectif du campus est de réunir sur un même site les différentes entités du groupe : le siège social, les équipes support des pays, nos filiales Thalasseo.com, l’Officiel des Vacances.com et MyDailyHotel.com, ainsi qu’un accélérateur de start-up et une académie pour former aux métiers du e-tourisme », indique Christophe Serna, un des cofondateurs du groupe.

Cette initiative imaginée « pour se développer face aux géants du secteur et créer de la valeur ajoutée » s’accompagne aussi d’un intérêt plus général pour le territoire. Voyage Privé se revendique en acteur  local et social. A ce titre, Denis Philippon, le fondateur du groupe, a pris récemment la présidence du PARC, le club de rugby du Pays d’Aix et l’entreprise est à l’initiative de l’« Ecole des 15 », une fondation locale qui favorise l’insertion, l’intégration et la réussite scolaire, tout particulièrement vers les jeunes du Jas de Bouffan.

Plus que jamais, Voyage Privé mise sur les bénéfices à retirer par le secteur numérique local de son initiative de campus, bénéfices qui, en retour, profiteraient à son activité et à l’image et à la compétitivité du Pays d’Aix –selon le principe bien compris des synergies de filière. Un seul objectif : l’excellence !

« On voudrait favoriser la création d’entreprises numériques, accélérer celles déjà lancées et en encourager d’autres à venir », précise Christophe Serna. En contact depuis longtemps avec la ville d’Aix-en-Provence et la CPA pour créer les conditions nécessaires à l’émergence du projet et à la création d’emplois, Voyage Privéest au cœur de la démarche de labellisation et de promotion de la French Tech régionale.

« C’est une formidable opportunité pour le territoire et pour nous (…). Nous avons accepté naturellement de nous associer à ce projet (..) car il peut entrainer l’arrivée d’acteurs du e-commerce, pas seulement dans le tourisme, générer de l’emploi, attirer des compétences clefs et créer un écosystème riche d’innovations en termes de services et de e-fonctionnalités », souligne Christophe Serna.

Mais dans un contexte international ultra concurrentiel, il faut aller vite et mener à bien ces projets dans les meilleurs délais, sous peine de les voir récupérer ou souffler par d’autres. Plus que jamais le Pays d’Aix doit être mobilisé pour favoriser la réussite du projet du Pôle numérique de La Constance et de celui de l’Arbois-Le Tourillon porté par High Co.

L’AVENIR ECONOMIQUE DU PAYS D’AIX

Lancée en 2013 par la ministre Fleur Pellerin, l’initiative French Tech vise à booster la croissance des start-up numériques et renforcer l’attractivité de la France dans la course à l’innovation.

Ce projet rejoint celui de la CPA d’accompagner la création d’un campus numérique à Aix-en-Provence, en partenariat avec des acteurs privés du e-commerce. En se positionnant de façon ambitieuse, aux côtés des acteurs marseillais, pour l’obtention et le développement de ce label national, le Pays d’Aix légitime et signe son engagement à favoriser les synergies locales dans ce secteur d’activité porteur d’avenir, d’emplois et de compétitivité et qui connaît des chiffres de croissance exceptionnels dans un contexte économique général morose..

 « French Tech est une formidable opportunité pour le territoire a souligné le Maire d’Aix, Maryse Joissains Masini. Il peut entrainer l’arrivée d’acteurs du e-commerce, générer de l’emploi, attirer des compétences clefs et créer un écosystème riche d’innovations ».

D’ores et déjà, le Pays d’Aix accueille des leaders du e-tourisme, du e-commerce et des arts numériques.

Ils ont noms, Voyage Privé, Allo Pneus, Auto Escape, Inside Secure, High Co… Ces « Tech champions » de l’économie numérique sont installés depuis plusieurs années en Pays d’Aix et participent, avec d’autres acteurs du e-commerce, à son dynamisme. Pourtant, le territoire ne possède pas à l’échelle internationale – ou seulement

en Europe – de  l’image d’une « e-Silicon Valley » à la française. Ces entreprises aixoises sont championnes, certes, mais « isolées » au sein d’un même espace géographique. Tout l’inverse de ce qui se passe à Berlin, Londres ou Paris, où  les synergies contribuent à créer une identité locale de filière d’excellence. C’est pourquoi

depuis deux ans la ville d’Aix-en-Provence et la CPA travaillent à l’accompagnement d’un « campus numérique », car ce qui manque aussi c’est la capacité régionale à former des ingénieurs, des techniciens, des informaticiens, des commerciaux en prise avec les attentes de ce secteur d’activités en pleine expansion. Ce projet de formation s’appuie sur celui du groupe Voyage Privé, leader en France de la

vente de séjours en ligne. Sa volonté  : créer un centre de ce type à Aix, sur le site de La Constance, idéalement placé « en vitrine » au bord de l’une des autoroutes les plus fréquentées d’Europe.

L’ensemble des activités du groupe y seraient rassemblées et le campus aurait vocation à attirer, au sens large, partenaires, investisseurs et structures d’appui de la e-économie. Autour des locaux potentiels du groupe Voyage Privé, prendraient place la SMAC (Salle des Musiques Actuelles – et des arts numériques), un incubateur des métiers du e-commerce, des formations…

LE LABEL FRENCH TECH

Le renforcement de la visibilité et de la lisibilité à l’international de l’économie numérique et des start-ups numériques françaises est devenue une priorité des politiques publiques. Or, ces pépites ne se développent pas n’importe où. Elles se concentrent dans des écosystèmes urbains favorables et très dynamiques susceptibles de faire naître des synergies entre la recherche, la formation et le développement des entreprises.

Aix et le Pays d’Aix ont ainsi vu éclore en quelques années de magnifiques entreprises devenues parfois leaders dans leurs domaines d’intervention : ainsi de Voyage-privé.com, Digital Virgo, Allopneus.com, High Co ou encore Inside Secure, mais aussi une part de l’activité des géants Orange ou ST Microelectronics

Face à la concurrence internationale et en s’appuyant sur l’avance prise par certaines entreprises françaises, l’Etat a souhaité permettre aux zones d’attraction numérique de se développer et de rayonner plus encore en formant des étudiants, en favorisant les partenariats, en stimulant la créativité autour d’un nouveau label, La French Tech . Il s’agit de renforcer ce secteur économique stratégique de mobiliser pour ce faire  d’importants moyens financiers au service de la visibilité et de la notoriété internationale de cette filière. La Ville d’Aix et la Communauté du Pays d’Aix ont immédiatement réagi et avec le concours de plusieurs entrepreneurs aixois, notamment les groupes VoyagePrivé et High Co, s’est positionnée pour accueillir l’un des futurs pôles français de l’e-économie, en proposant une part du site de La Constance, le long de l’autoroute du Soleil, entre Jas de Bouffan et zone de La Pioline et en accompagnant le projet The Camp dans la zone d’activités du Tourillon, à La Duranne. En juillet 2013, le Conseil municipal d’Aix a, par concession d’aménagement, chargé la SPLA Pays d’Aix territoires de réaliser l’aménagement  du futur Pôle numérique et de la Salle des Musiques Actuelles. Dans un contexte d’extrême concurrence internationale, le temps compte : la réactivité de toutes les parties et les synergies créées sont essentielles.

L’appel à labellisation French Tech a été lancé dans la foulée. Afin de mettre toutes les chances du côté de notre territoire, le Maire d’Aix, Président de la Communauté du Pays d’Aix, s’est rapproché du Maire de Marseille et du Président de MPM afin d’associer aux deux sites du Pôle numérique aixois les projets complémentaires de Marseille-Belle de Mai et Marseille-Château Gombert pour présenter un projet global qui apparaît désormais comme l’un des territoires majeurs du numérique français !

En travaillant en parfaite osmose avec plusieurs entreprises pilotes, le projet aixois du Pôle numérique de La Constance a pris de l’avance et permettrait de regrouper les locaux du Groupe Voyageprivé.com, une pépinière d’entreprises de e-commerce et e-tourisme, une maison du Pôle numérique, un campus numérique, le futur projet de la Salle des Musiques Actuelles, des parkings, des espaces verts et des équipements sportifs dignes d’une petite Silicon Valley provençale, idéalement située en vitrine d’un des principaux axes routiers et touristiques européens. En parallèle du projet de ZAC de La Constance, une procédure de mise en compatibilité des documents d’urbanisme avec le projet du futur Pôle numérique  a été engagée : les fouilles archéologiques vont intervenir dans un premier temps et les travaux pourront suivre d’ici à quelques mois afin de permettre la réussite rapide de cette opportunité exceptionnelle pour Aix-en-Provence, ses entreprises, ses salariés et ses étudiants.

 

FRENCH TECH Aix-Marseille : “Yes we are”

 

Le secrétariat d’Etat chargé du Numérique a décerné le mercredi 12 novembre 2014 le label « French Tech » au territoire Aix-Marseille pour son projet de métropole numérique du Sud destiné à fédérer acteurs privés et publics autour de neuf porteurs de projets d’accélérateurs et l’ensemble de l’écosystème.

La particularité de cette candidature repose sur l’union réussie entre les deux pôles urbains de l’aire métropolitaine, l’ouverture sur la Méditerranée et la fertilisation croisée entre économie et culture, incarnée par le succès de Marseille Provence, capitale européenne de la culture 2013.

En réunissant dans un même élan, d’une part la Communauté du Pays d’Aix, la Ville d’Aix-en-Provence, la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole et la Ville de Marseille, et d’autre part les neuf projets d’accélérateurs et leurs partenaires, le projet témoigne d’un investissement réussi dans une démarche collaborative. Concrètement, il s’articule autour du Pôle Média de la Belle-de-Mai et du Technopôle de Château-Gombert à Marseille et du Technopôle de l’Arbois et du site de la Constance à Aix-en-Provence.

Fondé sur une densification programmée au cours des dix prochaines années du réseau de start-up à forte croissance, « Aix Marseille French Tech » se développe dans trois directions : l’économie, l’aménagement et le citoyen. Le territoire mise sur l’effet levier et la dynamique du secteur numérique sur l’économie traditionnelle et les services publics pour doper son rayonnement et la qualité de vie de ses habitants.

Lancé par l’Etat pour placer la France parmi les principales nations numériques, le label « French Tech » a pour objectif de fédérer toutes celles et ceux qui créent la dynamique digitale de la France. L’initiative « French Tech » s’adresse aux métropoles dotées d’un écosystème riche et créatif et d’entrepreneurs prêts à s’investir localement et à former une « équipe de France » des porteurs du plus fort potentiel de croissance et d’attractivité internationale. 

« Notre territoire qui accueille le projet mondial Iter est une terre d’innovation. Ce label vient le confirmer en reconnaissant nos atouts. Il est une promesse de développement pour nos entrepreneurs, pionniers du numérique et pour les populations dont la vie, grâce à eux, va changer. »  – Maryse Joissains Masini, président de la Communauté du Pays d’Aix, maire d’Aix-en-Provence)

« Aix-Marseille est officiellement métropole numérique du sud grâce à l’attribution du label French Tech décerné par l’Etat. Je m’en félicite car le territoire d’Aix-Marseille booste cette économie numérique et parce que MPM joue un rôle moteur dans la dynamique de la filière du numérique et dans l’aide aux start-up. Je m’en réjouis surtout car des milliers d’emplois sont en jeu. Ce label va contribuer à renforcer notre rayonnement international et l’attractivité de notre territoire. Investisseurs et entrepreneurs, séduits par notre dynamisme et notre capacité d’innovation, viendront s’installer chez nous et créeront de la richesse et des emplois… C’est ce fameux cercle vertueux que je veux durablement instituer au bénéfice de tous. » – Guy Teissier, président de Marseille Provence Métropole, député des Bouches-du-Rhône.

« Je me réjouis de cette labellisation, fruit d’un important effort collectif des collectivités locales et des professionnels de numérique. Véritable reconnaissance du dynamisme et de l’attractivité du territoire Aix-Marseille, ce label « French Tech » offre de nombreuses perspectives en matière de développement et de rayonnement sur les plans nationaux et internationaux pour l’ensemble de LA métropole numérique du Sud. La Ville de Marseille soutient activement la filière numérique, secteur d’avenir fortement porteur d’emplois et de retombées pour l’économie locale. »Jean-Claude GAUDIN, maire de Marseille, vice-président du Sénat.

Ciel bleu, salles blanches et matière grise : des chiffres et des hommes

  • Un écosystème parmi les premiers mondiaux : 1,8 million d’habitants, 40 000 emplois, 8 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 7 000 entreprises dans le numérique, 8 pôles de compétitivité et la deuxième plus forte croissance d’emploi (+ 2,1 %) des métropoles européennes sur ces 10 dernières années.
  • Une économie diversifiée, y compris dans le secteur du numérique aujourd’hui réparti sur cinq secteurs (e-tourisme et e-commerce, big data, trans-média, technologie sans contact et smart city), qui préserve le territoire des crises sectorielles tout en favorisant des innovations croisées entre différents secteurs.
  • Un territoire structuré, ouvert sur les autres métropoles labellisées, sur l’Europe, la Méditerranée et le monde grâce à un réseau de transports efficace (aéroport international, TGV, autoroutes) et à une concentration de liaisons télécoms au croisement des connexions sous-marines et des data-centers. Aix-Marseille dispose d’une forte attractivité pour les acteurs du numérique et des télécoms, jouant pleinement un rôle pivot entre la France, l’Europe, l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie. Les acteurs présents sur ce territoire peuvent de cette manière accéder à de nouveaux marchés.

LA SALLE DES MUSIQUES ACTUELLES

 

Fin octobre 2014, la Communauté du Pays d’Aix a validé le lancement d’un projet attendu depuis bien longtemps par la jeunesse de l’agglomération aixoise. Ville de musiciens et de toutes les musiques, Aix a engagé au cours des dernières années un vaste chantier d’équipement en salles de spectacles d’envergure régionale (Pavillon Noir, Bois de l’Aune, Grand Théâtre de Provence, Auditorium du nouveau Conservatoire). Manquait encore à l’appel un équipement plus particulièrement destiné aux musiques actuelles (rock, pop, groove, rap, ragga, techno…). Porté notamment par le Sénateur, Adjoint au Maire en charge de la culture, Sophie Joissains, le projet bénéficie de la dynamique née des équipes de Seconde Nature, Aix Qui ?, Zik Zak, La Fonderie. Le Pays d’Aix est un vivier de jeunes talents musicaux qui ont besoin de visibilité et de structures d’accueil et d’expression. Le futur équipement des musiques actuelles d’Aix-en-Provence se déclinera selon le cahier des charges national des SMAC. Face à la Fondation Vasarely, tout contre le futur Pôle numérique, il comprendra, sur 4 440 m²,  une salle de concert de près de 1000 m² pouvant accueillir de 960 à 1500 spectateurs (scène de 19m par 11,5m) – une salle club de 420 m² et  400 places – 5 studios de répétition dont un grand de 80m² équipé d’un grill technique, un pôle artistes et ses loges, un pôle administratif et ses bureaux, une buvette, un espace boutique-librairie.

Les accès à la salle ont été pensés pour être les plus adaptés au public jeune et étudiant du Pays d’Aix, aux portes du centre-ville, accessible à pied, avec aussi un parking de 230 places, un parking 2 roues et un accès direct par bus et à proximité immédiate du réseau BHNS. Ce point est essentiel, n’en déplaise à certaines propositions peu sérieuses d’installation de la salle en lointaine périphérie de la ville…

Financée par la Communauté du Pays d’Aix, cette SMAC sera réalisée par la SPLA Pays d’Aix Territoires. La municipalité s’est engagée à offrir aux musiciens et au public amateur de musiques contemporaines, une salle et des studios d’enregistrements à la hauteur de la scène musicale aixoise et des attentes de ses aficionados rock, pop, électro, folk et autres musiques actuelles. La SPLA Pays d’Aix Territoires a organisé un Concours de conception-réalisation pour réaliser cet équipement, situé au cœur du Pôle numérique de La Constance.  Le choix du lauréat, le projet CARI PROVENCE entreprise générale/ Rudy RICCIOTTI-Jean-Michel BATTESTI architectes, est intervenu à l’automne 2015 et le permis de construire a été déposé quelques mois plus tard.

Le chantier commencera au printemps 2017, dès que les travaux d’accès seront achevés, à partir de la voie de L’Ensoleillée, le long de l’autoroute A8, face à la Fondation Vasarely.

Le bâtiment-rocher va faire parler, tant son originalité a été soignée par Jean-Michel Battesti et Rudy Ricciotti, l’architecte du Mucem et à Aix déjà, du Pavillon Noir. Il s’agira d’un long massif minéral irrégulier, habillé d’une robe de béton microporeux qui devrait rapidement être couverte de mousses et lichens renforçant l’intégration paysagère de cette SMAC. A l’intérieur, deux salles de concert de 1500 et 400 places séparées par des patios, des loges, des bureaux et des studios d’enregistrement. Le hall d’entrée offrira, au pied du « rocher », une grande façade vitrée donnant sur le parvis et offrant une vue panoramique sur le futur quartier et l’agglomération aixoise. Des parkings paysagers compléteront le projet qui bénéficiera également d’un accès proche du futur BHNS permettant de rejoindre facilement le lieu de concerts par transport en commun depuis le Jas de Bouffan et le centre-ville.

La livraison est prévue pour le début de l’année 2019.